Quelles sont les étapes du travail du céramiste ?

Les objets en céramique sont susceptibles d’être trouvés presque partout aujourd’hui. Ces produits sont le résultat d’un travail minutieux. En effet, être potier, c’est savoir créer de nouvelles décorations et de nouvelles formes. Actuellement, se former à ce métier est l’occasion d’obtenir un travail passionnant. Découvrez les différentes phases du métier de potier !

Le travail de l’argile !

On utilise de l’argile naturelle pyriteuse de la famille du Cher ; l’argile est une terre minérale. Après avoir été mélangée, l’argile sera tournée ou façonnée : la meilleure consistance de la terre est très importante pour un type de façonnage ou l’autre. Pour obtenir la “bonne consistance”, on mélange des terres argileuses de différentes textures : terre dure et terre molle.

Les phases de préparation de la terre, de pétrissage et de préparation au tournage sont les plus longues. Puis le tournage, la partie la plus habile, prend quelques minutes pour les petites et moyennes pièces.

Le séchage et la première cuisson !

Une fois les pièces formées, il faut les faire sécher. Le temps de séchage varie de quelques heures à deux semaines, en fonction de la taille des pièces. Cependant, ce parquet peut aussi sécher rapidement dans un four ou sur une cuisinière. Peu de parquets possèdent cette caractéristique.

Si les pièces sont sèches, elles doivent d’abord être cuites. Le terme intelligent est utilisé pour la première cuisson à haute température. Le terme biscuit est davantage utilisé dans le domaine de la porcelaine et de la poterie. Aujourd’hui, cependant, certains potiers appellent tous les types de poterie “biscuits”.

Le four se réchauffe à 950°C dans les 10 à 12 heures qui suivent le remplissage. Lors de la première cuisson, les pièces sont cuites les unes sur les autres, mais pas à pleine hauteur.  Des étagères en plaques réfractaires, également soutenues par des colonnes de matériau réfractaire, supportent les céramiques empilées.

L’émaillage et la deuxième cuisson !

Après refroidissement, la pièce est émaillée à la louche ou par trempage. Le grès n’est pas émaillé sous le pied comme la poterie, car le sol est partiellement émaillé, alors que les fragments de poterie ne le sont pas, il est constamment poreux et doit être entièrement émaillé.

Le principal composant de la glaçure à haute température est le feldspath. Les plus simples de ces glaçures ne peuvent être fabriquées qu’à partir de feldspath et de cendres de plantes ou de bois.

Les minéraux qui composent les glaçures plus complexes sont le kaolin, le talc, la chaux, le feldspath, la silice et la cendre végétale. Ils ressemblent à de la farine de blé en poudre.

Mélangés à de l’eau dans une proportion strictement définie, ces glaçures ressemblent à un gâteau si elles ne contiennent pas de pigment.

Les biscuits sont cuits à nouveau après 12 à 15 heures, selon la charge du four, jusqu’à ce qu’ils atteignent 1300 °C. Les minéraux de la poterie forment des silicates lorsqu’ils sont chauffés.

Ensuite, elle refroidit, mais il faut une demi-heure pour que la glaçure se développe à la fin de la cuisson.

A qui confier un meuble ancien en marqueterie ?
Qui est à même de restaurer un fauteuil Voltaire ?